Posts by: margaridatrias

Columna Música vient de publier un CD avec des chansons de Mercè Torrents (1930-2018) sur des poèmes de divers auteurs, parmi lesquels J. V. Foix.

Le 24 septembre à 19h30, la présentation aura lieu au Jardí dels Tarongers, rue de la Ràbida, 5 à Barcelone.La mezzo-soprano Marta Valero et le pianiste Daniel Blanch y participeront.

Une confirmation de participation est demandée à merce.corretja@gmail.com

Dans ce livre, l’écrivain de Reus Aleix Cort aborde l’œuvre de Foix sous l’angle de la danse, projetée à travers toute l’œuvre du poète. Selon Cort, la danse permettait à J. V. Foix d’aborder, avec rythme, les sujets qui l’intéressaient le plus: le passage du temps, la relation avec les femmes, l’importance de l’Instant, l’Amour, le désir…

En septembre, Voliana Edicions vient de le publier dans la collection Voliac.

Dans un article paru le 5 août 1924 et reproduit dans le journal Ara du même jour de 2020, dans la section «Abans d’ara» de Josep Ma Casasús, Tomàs Garcés explique que J. V. Foix a été le premier qui a osé parler d’une véritable Renaissance catalane: celle représentée, entre autres, par Josep Carner et Carles Riba, et par de solides initiatives culturelles telles que la Fundació Bernat Metge, qui donnera les classiques grecs et latins en catalan ou la collection «Els Nostres Clàssics».

Les 29, 30 juin et 1er juillet, on a pu assister au spectacle A tocar! au théâtre Grec de Montjuïc. Entre autres participants, il a eu une vidéo de Frederic Amat sur le poème «Una rosa amb un ganivet al pit…», récité par J. V. Foix, avec les mains de Nico Baixas et édité par Joan Rodón.

Le jour où BTV l’a diffusé en direct, la voix de J. V. Foix n’a pas pu être entendue.

Maintenant ici vous pouvez voir et entendre le fragment où Foix récite le poème pendant la projecton du vidéo.

Demain au Teatre Grec de Montjuïc la pièce A tocar!, par Baró d «Evel . Avec ce montage, la compagnie entend créer un momentà partir duquel la société trouve un nouveau sens à la vie à travers la poésie et, plus précisément, de celle de J. V. Foix.
Les maîtres de cérémonie Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias s’entourent de créateurs de disciplines aussi variées que l’artiste Frédéric Amat, le clown Tortell Poltrona, la danseuse Maria Muñoz, le musicien Raül Refree, la chanteuse de fado Lina et l’actrice Imma Colomer.

Mardi 30 juin à 22.00 h on pourra voir l’émission en direct sur BTV.

Ici vous pouvez écouter le poème de J. V. Foix, «Una rosa amb un ganivet al pit…».

Les lundis 8, 15, 22 et 29 juin à 19h30, guidés par Rocscar Rocabert, professeur de littérature catalane, nous lirons des poèmes de J. V. Foix de quatre livres différents, que nous vous enverrons à l’avance. Nous communiquerons par vidéoconférence.

Le prix de l’ensemble des sessions est de 25 €, à payer sur le numéro de compte que nous indiquerons par mail à ceux qui s’inscrivent. Ce n’est qu’alors que vous pourrez accéder à la réunion et y participer.

Ici vous pouvez trouver le formulaire d’inscription.

 

Le 8 juin à 19 h 00 au sein du projet Artistes per la llibertat , Santi Arisa et Agnès Miralbell présentent un spectacle poétique et musical avec une sélection de poèmes de certains des auteurs les plus représentatifs des pays catalans, parmi lesquels J. V. Foix ainsi que Pere Quart, Joan Maragall ou Marià Manent. La musique est de Santi Arisa.

AquíIci on peut acheter les billets.

Le 4 mai, dans l’émission «La hora azul» de Radio Clásica, dans la section «Cruces en el mapa…», ils ont publié la cantate «Ho sap tothom, i és profecia», créée par le compositeur Narcís Bonet à propos du poème de J. V. Foix du même titre.

Ici vous pouvez écouter le programme.

Dans le numéro 1870, du 13 avril, du magazine El Temps, Ramon Pla i Arxé, professeur d’université et critique littéraire, publie un article commentant le livre de J. V. Foix publié par la Fundació J. V. Foix et Edicions 62 Noms propis. Escriptors i artistes.

Ici vous pouvez lire l’article.

Ici vous pouvez avoir le pdf.

J. V. Foix traduit en allemand

Le numéro 161 du magazine suisse Lichtungen , subventionnée par la municipalité de Graz, comprend des traductions de poèmes en vers et en prose de J. V. Foix, réalisées par le professeur de littérature Eberhard Geisler.
L’un des objectifs de ce magazine est de présenter de jeunes écrivains et artistes, bien qu’on y publie également des auteurs connus et bien établis. Un autre est de faire des vues panoramiques de la littérature internationale. Des auteurs d’Europe de l’Est, des États-Unis et de Cuba ont déjà étés présentés. Celle-ci est la première fois qu’on y publique de la littérature catalane.

Ici vous pouvez lire le sonnet «Feu, Senyor Déu, el meu treball més dur» et sa traduction en allemand.