General

En 1933 J. V. Foix a participé, à Dubrovnik, au Congrès International du PEN Club, présidé par H. G. Wells, et a voté contre une motion collective de censure à l’activité anti-culturelle du gouvernement hitlérien.
Du 2 au 18 juin de la même année, il publie des «Notes de viatge» dans La Publicitat.

Ici vous pouvez lire l’article de Jordi Nopca, publié dans le journal Ara du 10.10.2021.

1923-1926, terrassa de la fonda ComerçCet été à Port de la Selva on célèbre le 50e anniversaire de l’hommage qui a été dédié à Sagarra en 1971, dix ans après sa mort.
En 1929, Sagarra publie le roman All i salobre, avec une préface de J. V. Foix, et en 1933 il a donné la première de la pièce El cafè de la Marina, le nom d’un café du Port de la Selva.

«Si el meu cor es perd un dia,
et diré on el trobaràs;
camí de Port de la Selva
entre la vinya i el mar.»

En juin, Resistir ao tempo, une anthologie qui vise à faire connaître la poésie catalane aux lecteurs portugais, publiée par Assírio & Alvim, est apparue sur le marché.

Dans une édition bilingue catalan-portugais, le volume rassemble 87 auteurs catalans, parmi lesquels J. V. Foix avec trois poèmes : «Sol, i de dol», «És quan dormo que hi veig clar» i «Anava sola i dreta dalt l’autobús».

Ici vous pouvez lire Anava sola i dreta dalt l’autobús.

Lorca en Catalogne

Selon Salvador Giné dans son livre Federico García Lorca a Catalunya, de 1925 à 1936, la Catalogne faisait partie de la trajectoire de vie de Lorca.

Un de ses amis catalans, Josep Carbonell, directeur du magazine L’Amic de les Arts, invite Lorca chez lui à Sitges. Il y est allé en train, avec J. V. Foix, Sebastià Gasch, Lluís Montanyà, Magí Cassanyes et le dessinateur Manel Font, et à la gare Víctor Sabater les a photographiés, et dans la photographie figurent également Salvador Dalí et Josep Carbonell.

Foix à Port de la Selva

Dans les Revers, du journal El Nacional, Joan Safont entame aujourd’hui une série d’articles dans lesquels il fera le lien avec le traditionnel été villages avec les écrivains, musiciens ou artistes les plus en vue.
Le premier d’entre eux est dédié à J. V. Foix et la population de l’Empordà de Port de la Selva, qu’il visita pour la première fois en 1924 et où il possédait une maison de pêcheur jusqu’à sa mort en 1987.

Ici vous pouvez lire l’article.

Hier 31 mai, le poète Enrique Badosa est décédé. Grand ami de J. V. Foix et traducteur de Foix, Espriu et des médiévistes catalans, entre autres.

Ici vous pouvez lire l’un de ses poèmes du livre Mapa de Grecia, intitulé «Sculpture»: «En lo definitivo de mi edad…»

Antoni Martí Monterde, professeur de littérature comparée à l’UB, a publié un article dans le Núvol dans lequel il explique pourquoi la bibliothèque publique de Sarrià devrait être nommée d’après le poète.
L’histoire commence comme un rêve, en fait, c’est un dialogue entre deux des écrits les plus importants de J. V. Foix: «Plaça Catalunya- Pedralbes» et «L’Estació» avec une place, Plaça de Sarrià.

Ici vous pouvez le lire en entier.

«M’exalta el nou i m’enamora el vell» est le verset de J. V. Foix que Insensats a choisi pour ajouter à leur collection de t-shirts, ainsi que ceux de cinq autres auteurs. Cette collection comprend également des sacs à main.

Insensats vise à donner plus de visibilité à la littérature catalane à travers des t-shirts, dont chacun a un design original qui illustre le texte de l’auteur.

FNEC: 89 ans au service du pays

En 1932, un groupe d’étudiants nationalistes catalans fonda laFNEC (Federació Nacional d’Estudiants de Catalunya)a et devint en peu de temps le syndicat étudiant le plus représentatif du pays.

J. V. Foix a été l’un de ses premiers partenaires et même alors il a souligné: «Les étudiants, en plus d’étudier, doivent être des militants de ce qu’implique la revitalisation de notre culture et l’élévation sociale et politique du pays.»

L’année dernière, le professeur Lluís Cabré a publié dans Studia Lulliana des «notes» basées sur les articles de J. V. Foix sur Llull parus dans La Publicitat entre 1933 et 1936, et sur d’autres données de ces années. L’objectif est de représenter l’identification unique de Foix avec le travail de Llull.
Il propose également que la douleur métaphysique au début de Sol, i de dol est présente dans la lecture du Desconhort de Llull.

Ici vous pouevez lire l’article.